logo
Home Revue de presse

Peris Ieremiadis, "… Et l’artiste plasticien" - Auteur inconnu pour l'instant

 

… Et l’artiste plasticien

Auteur inconnu

(Eleftherotypia, 14/05/2007)

Traduit du grec par Jean-Marc Laborie

L’artiste plasticien Péris Iérémiadis, artiste solitaire, sensible, tenace et réfléchi nous a quitté subitement (il souffrait d’une leucémie) samedi dernier à l’âge de 69 ans. Il sera enterré aujourd’hui à 16h30 au cimetière Zografou. Doté d’une personnalité hors du commun, il nous a enrichis de ses connaissances, de ses réflexions, de ses couleurs et de ses dessins, tandis que dans ses œuvres, les motifs et la matière rapprochaient toujours le plus simple artisan du grand art.

Parmi les thèmes qui lui étaient chers se trouvaient les barques, les fruits de la nature, la figure de Saint Georges. Les couleurs qu’il choisissait étaient les couleurs de la terre, les célèbres « couleurs-terre » de la terre grecque, tandis que son art de peindre, une rencontre harmonieuse souvent entre l’art populaire et les recherches les plus récentes, se distinguait par sa profonde dimension spirituelle. Péris Iérémiadis est né à Athènes en 1939. Son père était originaire de Bursa en Asie Mineure, sa mère de La Canée en Crête.

Très jeune il a voyagé avec ses parents en Afrique, où il a suivi les premières classes de l’école primaire. Il est revenu en Grèce et a terminé le collège à l’école Hadzidaki. Esprit inquiet, il y a travaillé quelques temps avant de partir à l’étranger pour ses études. Il a étudié à l’École des Beaux-arts de Paris, dans la ville où il a choisi de rester pendant 11 ans et de travailler comme dessinateur pour des cabinets d’architecte et d’ingénieur. Des voyages ultérieurs l’ont ensuite amené en Allemagne, dans les environs de Francfort, mais aussi à Rome. À son retour en Grèce en 1972, il a collaboré avec des cabinets d’architecte en tant que conseiller sur des sujets ayant trait à la décoration, et avec des maisons d’édition en tant que chargé d’édition. L’œuvre de dessins de Dimitris Pikionis l’a en outre occupé un certain temps, au cours duquel il s’est employé à éditer une édition en portfolio de la dernière période créatrice de Yannoulis Halepas. Il a aussi été chargé de s’occuper de l’exposition des œuvres correspondantes du célèbre sculpteur à la Fondation Culturelle de Tinos en 2005.

Entre autres choses, il a illustré un numéro spécial de la revue « Ekivolos » dédié à Kostis Palamas (1985) et l’édition de traductions de Kostas Karyotakis (Ed. Rodakio, 1993). À partir de 1995 et jusqu’à aujourd’hui, il était chargé de la conception artistique de la revue des éditions «Indiktos», avec lesquelles il collabora étroitement en illustrant des couvertures et des volumes.

Son art a été présenté dans de nombreuses expositions, individuelles ou collectives, à la galerie Néès Morfès, à la galerie Ioni, à la galerie Astra, à l’Institut français du Pirée et à la Maison de Chypre.

Il a réalisé un travail remarquable en 2001 au théâtre « Sfendoni », où il a dessiné d’extraordinaires costumes pour la représentation du Karaghiozis de Dimos Avdeliodis et Anna Kokkinou. Enfin des œuvres du peintre seront accueillies par Alexis Kyritsopoulos dans son exposition à la galerie Astra (8, rue Karyatidon) jusqu’au samedi 19 mai.

 
 
 
 
 Les traductions de K. G. Karyotakis 
Illustration : Péris Iérémiadis
Editions To Rodakio, 1994

 
Charles Baudelaire, Heinrich Heine, Frédéric Mistral, Charles Guérin, Marie von Ebner - Eschenbach, Émile Despax, Georges Rodenbach, Francis Viele - Griffin, Paul Verlaine, Comtesse Mathieu de Noailles, Jean - Paul Toulet, André Spire, Laurent Tailhade, Jean Moréas, Francis Carco, Mathurin Regnier, François Villon, Nikolaus Lenau, Tristan Cobrière.

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite.

Revue de presse

Joomla SEO by AceSEF